Aller à la table des matières     Accueil     Aide     Contactez-nous     Politique de confidentialité     Conditions d’utilisation     Plan du site
In English    
Font ShrinkFont GrowImprimer
Logo du RIÉE
 
:
 :
 
Mot de passe oublié?
:   

Aperçu du blogue

Le dévoilement à l’employeur – un point de vue personnel

Nos relations en sont modifiées, aussi, qu'elles soient dans la sphère personnelle ou au travail avec l'employeur et les collègues. J'aimerais commencer par parler de mon expérience au travail.

Voici la situation. Depuis 15 ans, je travaille pour un cabinet de réadaptation, du domaine privé, avec 40 employés, principalement des professionnels de ce domaine. Je m'occupe constamment de clients et de problèmes cliniques, et je soutiens des efforts administratifs pour que les services adéquats soient fournis à nos clients en temps opportun et avec efficacité.

Lorsque j'ai découvert ma séropositivité au VIH, il y a cinq ans, je savais que je recevrais probablement du soutien de mes collègues, vu le type de travail que nous effectuons. Je suis conscient que ce n'est pas comme ça dans plusieurs contextes de travail.

Après mûre réflexion sur la nouvelle orientation de ma vie, vu mon diagnostic, une des nombreuses considérations était celle des implications pour moi en ce qui concerne le maintien de l'emploi. Serais-je capable de continuer à travailler? Aurais-je besoin de beaucoup de congés? Au pire, allait-il falloir que je donne ma démission à cause de ma situation? J'ai pu discuter de ces questions avec mon/ma partenaire de longue date, qui m'a encouragé à continuer, et à ne pas être cachottier avec mes collègues. J'étais chanceux d'avoir quelqu'un avec qui parler.

J'ai procédé avec prudence, sur ce terrain. J'ai commencé par communiquer avec les dirigeants de l'entreprise pour les informer de ma situation; heureusement, ils ont été d'un grand soutien. Mon superviseur immédiat m'a suggéré de prendre quelques journées de congé, pour me « ramasser » et prendre le temps de comprendre le diagnostic que je venais de recevoir, et les options qui s'offraient à moi, sans me préoccuper des choses à faire au travail. J'étais content d'avoir ce temps, qui m'a donné la chance de mettre les choses en perspective et de communiquer avec des personnes qui pourraient m'aider à certaines éventualités.

À mon retour au travail, la semaine suivante, j'avais décidé qu'en raison de l'attitude de soutien parmi le personnel dont je faisais partie, il serait bien de poursuivre mon dévoilement à propos de ce qui m'arrivait. Encore, je savais que ces personnes se préoccupaient de mon bien-être et qu'elles m'offriraient leur assistance. En période de préoccupation, j'ai réellement apprécié ce soutien; de plus, cela m'a offert une base qui m'a permis de discuter avec d'autres collègues, au besoin. Plusieurs d'entre eux continuent de m'appuyer aujourd'hui, et me téléphonent pour prendre de mes nouvelles.

Depuis ce temps, en partie à cause de mon dévoilement complet (et de mes mises à jour) à propos de ma santé, au moins aux dirigeants, il y a eu de très bons résultats; en particulier:
  • une compréhension de la nécessité de rendez-vous médicaux plus fréquents ainsi que d'arrangements pour avoir du temps à cette fin, au besoin;
  • la possibilité de travailler de la maison, en particulier pour reprendre du temps, où si je ne me sens pas assez bien pour me rendre au bureau;
  • la reconnaissance que, lorsque j'appelle pour dire que je ne me sens pas en forme, il y a une raison et je n'ai pas à donner d'explications détaillées (et je prends garde de ne pas abuser de cela).
Oui, de toute évidence, mon employeur et mes collègues sont compréhensifs et accommodants. Je crois que le fait d'avoir été clair avec eux m'a permis de continuer mon travail à temps plein, avec des accommodements lorsque nécessaire. Je suis conscient que ma situation n'est pas celle de tout le monde. Chacun d'entre nous doit considérer les circonstances de sa situation.

Vu l'exigence légale de l'employeur en ce qui concerne les accommodements (du moins en Ontario), je considère que chacun d'entre nous devrait pouvoir continuer à être productif au chapitre de l'emploi, dans la mesure de sa capacité.
Et, aux personnes qui sont dans une situation similaire: sachez que vous n'êtes pas seules! Plusieurs mesures de soutien sont disponibles, que ce soit auprès d'organismes de services locaux, ou de réseaux comme celui-ci.

Au cours des prochaines semaines et des mois, j'aimerais explorer plusieurs dimensions de l'emploi (ou de l'activité productive) sans oublier la gestion de la santé personnelle dans le contexte du VIH. Je suis tout à fait ouvert aux suggestions de thèmes qui vous intéressent.

Entre-temps, mes meilleurs souhaits de réussite en 2010, à chacun et chacune d'entre vous!

 Dave Skitch

Dave Skitch

Bonjour! Ici Dave. Merci de vous intéresser à la recherche d'emploi ou à son maintien. Je sais d'expérience que ça n'est pas toujours facile, en particulier en période de difficultés économiques.

Il y a bien des choses que nous devons prendre en considération, concernant notre emploi et nos objectifs de carrière. Partageons nos expériences et continuons nos cheminements, tous ensemble.
Commandité par:
Logo du Fonds MAC AIDS
Ce projet est financé en partie par le Programme de partenariats pour le développement social – personnes handicapées du gouvernement du Canada.

Réalise remercie aussi l’Agence de la santé publique du Canada pour son assistance financière.
Les opinions exprimées ne représentent pas nécessairement les positions de l’ASPC.